Comment lutter contre la trichotillomanie ?

Trichotillomanie

mercredi 1er décembre 2010

Trouble psychologique assez rare, entraînant une perte significative des cheveux, la trichotillomanie nécessite un traitement et un suivi continus. Tour d’horizon sur les caractéristiques de ce trouble nuisant à l’esthétique de la chevelure.


La coiffure en image

  • Photo coiffure de star

    Photos coiffure de star
  • Photos coupe de cheveux courts

    Coupe cheveux court - carré asymétrique
  • Vidéo coiffure

    Video coiffure

Qu’est-ce que la trichotillomanie ?

La trichotillomanie se traduit comme l’incapacité d’une personne à ne pas s’arracher les cheveux, quand bien même elle est consciente que cet agissement nuit à son bien-être et à sa santé. Les thérapeutes classent la trichotillomanie parmi les troubles psychologiques, précisément parmi les troubles de contrôle des fougues. Plutôt rare, la trichotillomanie touche 2% à 5% de la population mondiale. Les personnes souffrant de ce trouble sentent très souvent le besoin de s’arracher les cheveux, les poils et même la peau au niveau de certaines zones du corps.

La trichotillomanie est une forme de réaction inconsciente contre les inhibitions développées à la suite d’un traumatisme. Le traumatisme en question peut provenir de la perte d’un proche, de l’incapacité à se mettre à l’abri du stress… Etant une impulsion, la trichotillomanie n’est pas contrôlable au moment de la crise. L’arrachage des cheveux apparait comme une réponse à un besoin inconscient. L’individu ressent du plaisir au moment de l’acte. Le sentiment de culpabilité n’est au rendez-vous que lorsque la crise s’estompe.

Comment traiter la trichotillomanie ?

La trichotillomanie est une véritable plaie, notamment pour les personnes qui se soucient de leur apparence physique et de la beauté de leurs cheveux. Plus qu’un problème personnel, le trouble peut engendrer des conséquences néfastes tant au niveau des relations sociales que professionnelles. Le désir de ne plus recommencer est bel est bien présent au moment où il n’y a pas de crise. Lorsque le mal refait surface, l’arrachage de cheveux devient incontrôlable. Afin d’atténuer l’ampleur des crises, les médecins prescrivent des antidépresseurs aux patients dès le moment où ils consultent pour la première fois.

La consultation d’un psychothérapeute est primordiale en cas de trichotillomanie. Le thérapeute s’attèlera à découvrir la cause principale du trouble et proposera par la suite les traitements adéquats. Les traitements en question sont généralement l’hypnose, la psychanalyse et la thérapie comportementale. Après un traitement de deux semaines à un mois, le patient peut prendre rendez-vous chez le chirurgien esthétique ou chez le coiffeur. En cas de blessures suite à l’arrachage de peaux, le traitement dermatologique doit simultanément se faire avec le traitement psychologique.

Dans la même rubrique


2010-2017 Miss Coiffure - Tendances et beauté des cheveux
Plan du site | Contact | RSS 2.0